"Un plaisant" de Charles Baudelaire ("Le Spleen de Paris" ou "Petits poèmes en prose")

Bouteille jetée par Alexandra Bourdin , samedi 5 janvier 2013 19:35

Feux d’artifices à Paris -  Source : The Scented Salamander

Qu'est-ce qu'"Un mois, un extrait" ?



C'est un rendez-vous mensuel que j'ai créé pour varier mes lectures et multiplier les moments de partage entre ceux qui me lisent et moi-même. Avant chaque premier du mois, il suffit de me contacter et de me faire parvenir vos idées soit par courriel (l'adresse est disponible dans la rubrique « Contact », voir en haut de page), soit me laisser un commentaire en bas de ce billet ou sur la page Facebook de « La Bouteille à la Mer »

Vous pourrez écrire votre propre article en invité. Aucune obligation de posséder un blog ou d'être un(e) grand(e) spécialiste en littérature. C'est surtout le partage qui compte qui que vous soyez et quelques soit vos goûts. Je suis toujours curieuse de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux genres et c'est l'occasion !

"Dans les épisodes précédents", "Un mois, un extrait" a fait découvrir : 

#1 : L'Idiot de Fiodor DOSTOÏEVSKI
#2: Le Problème de la souffrance. de C.S Lewis
#3: La triste Fin du petit Enfant Huître et autres histoires de Tim Burton.

#4: "Éclaircie en hiver" in Pièces de Francis Ponge


Vous pouvez retrouver l'intégralité des articles et leurs extraits dans la rubrique "Un mois, un extrait" en haut de page

Ce mois-ci, j'ai été inspirée par les traditionnels vœux de bonne année. C'est le passage obligé après les fêtes et pendant un mois, ce moment est toujours assez délicat. On peut pécher parfois par manque d'originalité ou de créativité. En un mot, les vœux de bonne année n'auraient rien d'un exercice littéraire !

Ce n'est pas le cas chez Baudelaire dans son poème en prose « Un plaisant » dans Le Spleen de Paris. Baudelaire y narre une anecdote déplaisante le soir de la Saint-Sylvestre au coeur de Paris avec l'ironie et le mordant qui le caractérise. Si la tradition est banalement respectée avec des vœux apparemment anodins (« Je vous la souhaite bonne et heureuse ! »), elle est d'autant mieux détournée pour le bien de la critique. Quel en est l'objet ? Ou plutôt qui ?

C'est "l'esprit de la France" incarné par les personnages de l'anecdote. Baudelaire, qui se pose en observateur critique, y voit l’œuvre de la bêtise, de la « complaisance » chez ceux qui suivent une tradition à la lettre au point de souhaiter la bonne année à n'importe qui, même à un âne...


Charles BAUDELAIRE
Le Spleen de Paris ou Petits poèmes en prose


IV - UN PLAISANT

C’était l’explosion du nouvel an : chaos de boue et de neige, traversé de mille carrosses, étincelant de joujoux et de bonbons, grouillant de cupidités et de désespoirs, délire officiel d’une grande ville fait pour troubler le cerveau du solitaire le plus fort. 
Au milieu de ce tohu-bohu et de ce vacarme, un âne trottait vivement, harcelé par un malotru armé d’un fouet. 
Comme l’âne allait tourner l’angle d’un trottoir, un beau monsieur ganté, verni, cruellement cravaté et emprisonné dans des habits tout neufs, s’inclina cérémonieusement devant l’humble bête, et lui dit, en ôtant son chapeau : « Je vous la souhaite bonne et heureuse ! » puis se retourna vers je ne sais quels camarades avec un air de fatuité, comme pour les prier d’ajouter leur approbation à son contentement. 
L’âne ne vit pas ce beau plaisant, et continua de courir avec zèle où l’appelait son devoir. 
Pour moi, je fus pris subitement d’une incommensurable rage contre ce magnifique imbécile, qui me parut concentrer en lui tout l’esprit de la France.

 Où se le procurer ?


Les Petits poèmes en prose (ou Le Spleen de Paris) est disponible en Pocket pour EUR 3, 04.

4 Response to " "Un plaisant" de Charles Baudelaire ("Le Spleen de Paris" ou "Petits poèmes en prose") "

Jamestine Says:

Très bon choix d'extrait ;)
Baudelaire est un de mes poètes préférés avec Rimbaud :)

maggie Says:

oh quelle bonne idée de citer un poème de Baudelaire pour la nouvelle année ! J'en profite d'ailleurs pour te suhaiter une bonne année 2013 !

Alexandra Bourdin Says:

@Jamestine : Baudelaire est fabuleux ! Ce n'est pas mon poème en prose préféré de Baudelaire (j'adore "Les yeux des pauvres") mais celui-ci collait si bien à la circonstance. ^^

@Maggie : Merci ! Si je m'écoutais, je citerais chaque mois un de ses poèmes mais il faut varier les plaisirs après tout. xD

Très belle année à toi aussi !

Alacris Says:

Merci pour cette jolie découverte : je n'avais jamais lu ce poème de Baudelaire (c'est cliché, mais mon poème en prose préféré restera sans doute pour toujours "Les fenêtres"...).

Ahhh, Baudelaire me manque. J'étais en L3 d'anglais cette année, et comme ma connaissance de la littérature anglaise est moins poussée que celle de la littérature française, j'ai fait passer les classiques anglais avant les classiques français, cette année. Par l'ENS j'ai tout de même accès à de nombreux cours de français intéressants, j'ai notamment suivi un cours sur Rimbaud merveilleux au premier semestre, et un autre sur Apollinaire tout aussi merveilleux au second (mes deux poètes préférés, dans l'ordre), mais pas de troisième semestre pour Baudelaire (qui est pour mon troisième poète favori). Dommage.
Enfin bon, heureusement qu'il y a des blogueuses littéraires et avisées pour permettre à la flamme baudelairienne de se raviver de temps à autre =) !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
blogger